// Vous lisez...

Exposition 2010

L’histoire 1419 - 1868

Le Couvent des Cordeliers de Savenay

Monument central de l’histoire locale


Aujourd’hui vieux bâtiment mystérieux aux volets clos, l’ancien Couvent des Cordeliers de Savenay s’élève depuis près de 600 ans face à l’estuaire de la Loire sur le Sillon de Bretagne. Cette construction n’est qu’une partie d’un ancien ensemble conséquent composé, entre autres, d’une église, d’un cloître, de cours et de jardins.

Vidéo de Chez vous à Savenay sur Télénantes

Devant l’actuel bâtiment s’ouvre une "terrasse au midy" que décrivent les Cordeliers dans l’écrit réalisé à cet effet le 27 février 1790 : " Au devant la face du dortoir situé au midy est une terrasse d’environ 12 pieds, potagés en 14 carrés sans compter les plats de bandes en haut de la même terrasse".

Cette terrasse était donc un jardin long de 43 mètres.

La fondation de ce couvent par Jean V, duc de Bretagne remonte à 1419. Les Cordeliers étaient des religieux portant une cordelière (ceinture en corde comportant 3 nœuds).

En 1790, pendant la Révolution, le couvent est fermé comme tous les couvents cordeliers de France. Il devient Bien National. Les administrations publiques ainsi que les instances républicaines de Savenay et du secteur s’y installent : tribunal, gendarmerie et prison. Il est le siège du District qui administre 18 communes. Des troupes y séjournent de façon temporaire.

En 1793, pendant l’insurrection de mars, les contre-révolutionnaires saccagent les lieux. En décembre, les Vendéens s’y installent lors de la fameuse bataille de Savenay des 22 et 23 décembre.

En 1800, Savenay devient sous-préfecture, les bâtiments sont occupés par les différents services administratifs et par le tribunal.

En 1822, la prison quitte la halle et s’installe dans l’église des Cordeliers. La mairie s’installe à la halle.

En janvier 1868, sous Napoléon III, la sous-préfecture est transférée à Saint-Nazaire. Ce départ laisse dans la ville une très profonde émotion et des bâtiments vides.

Les Savenaisiens ne restent pas inactifs, ils adressent au préfet, en mai 1868, une pétition couverte d’un grand nombre de signatures. Ils pressent le conseil municipal de demander :
1. la jouissance gratuite des bâtiments départementaux qui vont être vacants.
2. une succursale de la fabrique de tabacs de Nantes.
3. une école professionnelle pour nos garçons.

Voir en ligne : Sur le site de l’INRAP : Archéologie au couvent des Cordeliers à Savenay

P.-S.

Portfolio

Commentaires

Pas de Message