// Vous lisez...

Témoignages

Témoignage de Michel Quillien

Témoignage de Michel Quillien normalien de la promo 1960/1965. Originaire de Brest Michel Quillien passe le concours de l’EN à Savenay. Il intègre l’EN à la rentrée de 1960 (promo 1960/1965)

Il commence sa carrière aux Dervallières durant une année scolaire puis enseigne quelques mois à varades juste avant de partir en coopération en Afrique durant 3 ans. Puis il intègre l’école primaire de Bouvron où il termine sa carrière.

- La préparation militaire.

Encadrée par M Auger le prof de gym elle consistait à faire du tir sur cible avec une carabine 22 LR. Michel Quillien ne se rappelle plus la fréquence de ces séances.

- Grève de la faim.

Un matin l‘ensemble des normaliens est resté couché au dortoir refusant d’aller prendre leur petit déjeuner. La fronde avait décidé une grève de la faim et, rédigé par la main de Michel Quillien, une liste de doléances portant notamment sur la nourriture. Il était reproché que le cacao du matin avait trop goût d’eau, que les épinards en boite étaient mauvais, que la sauce tomate prédominait sur les pâtes dans les raviolis…

L’insurrection ne dura pas bien longtemps avec l’intervention du Directeur M Tronel. A l’heure du déjeuner de midi tout était rentré dans l’ordre.

-  Service d’entretien.

A chaque normalien est attribué pour toute l’année scolaire un service d’entretien. L’un balaye le dortoir, un autre les escaliers, un s’occupe du nettoyage du secrétariat …etc.

- La triche.

En cours de dessin le prof demandait aux élèves de faire des croquis sur des thèmes imposés. Les normaliens savaient que d’une année sur l’autre le prof demandait les mêmes prestations. Les normaliens avaient connaissance d’une armoire dans laquelle étaient rangés les dessins des années précédentes. Pour certains il était facile de récupérer les dessins ayant été primés et de rendre au prof un travail bien fait et susceptible d’obtenir une bonne note.

- Bizutage.

Une des séances de bizutage pour les Pics consistait à pousser sur une certaine distance une boite d’allumettes avec le nez. (photo)

- Orchestre et groupe de variétés.

Un orchestre et un groupe de variétés existaient au cours de ces années 60/65. L’orchestre animait à Savenay les bals e l’EN et se produisait à la demande aux alentours. Michel Quillien se souvient : « On bouchait les fentes dans le parquet de la salle des fêtes avec du papier journal. »

A ce bal de l’EN il y avait la table des profs. « M Auger (en cheville avec les normaliens) commandait la première bouteille de champagne que, bien entendu il ne payait pas, les autres profs se voyaient donc dans la nécessité voire l’obligation de payer chacun à leur tour le champagne » se rappelle Michel Quillien. Autant de récupérer pour la caisse et le voyage de fin d’année.

Par manque de concertation l’orchestre eut 2 engagements pour la même date. Les 2 bals furent tout de même assurés. C’est ainsi que Michel Quillien fut promu joueur de guitare basse sans savoir en jouer (la guitare ne fut jamais branchée).

Tout au long de la soirée il donna le change et fit semblant d’en jouer.

Le groupe de variétés était constitué d’une dizaine de normaliens qui se produisaient à la manière des « Frères Jacques » (chansons mimées) dans les écoles primaires pour les fêtes de Noël, les kermesses et fêtes de fin d’année.

Des membres de l’orchestre accompagnaient le groupe.

L’argent récolté au cours de ces diverses prestations (bals et séances de variétés) servait à alimenter la caisse des vétérans pour leur voyage de fin d’année.

- Le directeur M Tronel.

A cette époque, il n’y avait pas de répit dans les études des normaliens… Qu’un prof soit absent ou malade M Tronel était capable de le remplacer et d’assurer son cours.

C’était un homme de caractère, sévère mais qui aimait ses élèves, et toujours prêt à leur rendre service.

- Fernande.

Femme de service elle servait au réfectoire. C’était une figure de l’EN.

- Le Mur.

Le soir la porte principale de l’EN était fermée à clef.

Il était courant de faire le mur. Ce dernier était franchi près du transformateur électrique. Lors des fêtes des fleurs les normaliens avaient la permission de minuit. Ils rentraient tous à l’EN le temps de l’appel par le pion et repartaient faire la fête à Savenay.

- Signes distinctifs.

Une broche (pin’s) était le signe distinctif de chaque promo. La broche de Michel Quillien était de couleur Bleu et bleu pâle avec les années de promo inscrites dessus. Pour d’autres promos cette broche était de couleur verte, rouge…

Commentaires

2 Messages

  1. Témoignage de Michel Quillien

    bonjour mr quillien,

    je m’appelle Sylvie et mon grand père était joseph boulais à l’EN Il était cuisinier j’ai bien aussi connu fernande quand j’étais petite, venant passer mes vacances chez mes grands parents ma maman s’appelle Evelyne je pense que vous avez connu mon grand père (il boitait et n’était pas très grand) pour moi c’était un homme exceptionnel et très gentil mais très sévère et j’ai aussi entendu parler de mr tronel j’aimerais un jour retourner à l’EN et pouvoir retrouver mes souvenirs de jeunesse !! jusqu’à l’age de 12 ans je suis partie en vacances à savenay et aprés en 1980 mon grand père a pris la retraite et maintenant mes grands parents sont décédés. PEUT ETRE AVEZ VOUS DES PHOTOS ???? Cordialement, Sylvie.

    | 8 février 2010, 11:24
    1. Témoignage de Michel Quillien

      Bonjour à la petite fille de Joseph Boulais et à sa maman (on se connaissait). J’étais de la promotion 1961-1965. Mes amitiés à Michel Quillien.

      par Claude Chainon | 15 juin 2011, 09:05