// Vous lisez...

Exposition 2008

Inauguration des Ecoles de Savenay

Le 6 Octobre 1912, la petite ville de Savenay est en liesse. Elle inaugure "ses écoles" en présence de nombreuses personnalités dont le Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux Arts Gabriel Guisth’au.

Le 6 octobre 1912, à 9 h 27, le train amenant Gabriel Guisth’au, ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, député-maire de Nantes et Grand Maître de l’Université de France entre en gare de Savenay. De nombreuses personnalités officielles de la région l’accompagnent.

Accueilli par « la Marseillaise », le ministre passe au salon de 1ère classe, luxueusement décoré, où le maire, François Texier, lui présente son Conseil Municipal. La Compagnie d’Orléans avait orné les bâtiments de fleurs venues spécialement de Nice, de tentures de velours rouge à franges d’or et de guirlandes.

Cette fête républicaine avait été soigneusement préparée par le Comité des fêtes et la municipalité de Savenay. Le cortège ministériel rejoint à pied les établissements scolaires.
Tout au long de son parcours, des drapeaux et des oriflammes flottent ; les savenaisiens sont venus nombreux. Le service d’ordre, composé de 2 gendarmes à pied et de 5 brigades de gendarmes à cheval, assure la sécurité et la bonne tenue des cérémonies. Ces militaires logent depuis la veille chez l’habitant.

M. Jamin, Président du Conseil Général de Loire-Inférieure et M. Leaud directeur de l’Ecole Normale accueillent les personnalités et guident la visite des locaux neufs. Le cortège traverse la rue, M. Tanquerey directeur de l’Ecole Primaire Supérieure présente à son tour son établissement. Un nouveau bâtiment de l’hôpital est ensuite inauguré.
Vers midi, le cortège revient vers le gymnase de l’Ecole Normale où un banquet de plus de 600 couverts est servi. On pouvait y réserver sa place pour 4 francs. Ce pantagruélique repas avait été préparé par M. Lepage propriétaire du restaurant « Le Chêne Vert ».

Les orateurs se succèdent à la tribune, un discours est tout particulièrement attendu : celui du ministre. Dans un climat de crise portant sur le droit syndical des enseignants, et le statut des fonctionnaires, les rapports entre les instituteurs et le ministre sont extrêmement tendus. Gabriel Guist’hau a fait connaître son intention de donner une portée nationale à son discours de Savenay. Les archives des journaux nationaux et locaux (le Petit Parisien, l’Humanité, le Matin, le Figaro, la Lanterne, l’Aurore, l’Espérance, l’Express de l’Ouest, le Phare de l’Ouest…) ont gardé les traces des réactions à cet important discours clairement anti-syndical.

Des distinctions honorifiques sont remises en fin de banquet.
Des spectacles se déroulent ensuite. Le jeune aviateur, Alexis Maneyrol, évolue à bord de son aéroplane au-dessus de l’hippodrome de Touchelais où un large public assiste à la démonstration de voltige aérienne.

Une absence à noter, celle du Garde des Sceaux : invité par le Maire de Savenay, François Texier. Aristide Briand écrit dans un télégramme laconique : « …je regrette très vivement que les circonstances ne me permettent pas de me rendre à l’invitation… ».
L’inauguration des écoles est une réussite immortalisée par les éditeurs de cartes postales.

Commentaires

Pas de Message