// Vous lisez...

Ecole Primaire Supérieure (1912-1942)

L’Histoire 1912 - 1914

Un rapport du directeur de l’EPS

Sur les deux premières années scolaires

Un rapport du directeur de l’EPS, M.Tanquerey, sur les deux premières années de fonctionnement 1912-1903


« RAPPORT A M. L’INSPECTEUR PRIMAIRE » POUR LE CONSEIL GENERAL

Année 1912/1913 :
L’E.P.S. DE Savenay a été ouverte le 1er octobre 1912, dans des conditions matérielles plutôt médiocres : cour non comblée, présence d’ouvriers pendant cinq mois après la rentrée. La première année, 57 élèves, dont 38 internes et 9 externes, ont fréquenté les cours. Ils étaient répartis en 3 années et recevaient l’enseignement de quatre maîtres, y compris le directeur. A la suite des examen de l’année :

9 élèves ont été reçus au B.E.
10 ‘’ à l’ E.N. de Savenay
2 ‘’ au C.E.P.S.
1 ‘’ au B.N.
12 ‘’ aux B.D.

L’école comptait 26 boursiers nationaux et 5 boursiers départementaux.

L’école est bien située. Les salles sont spacieuses, bien aérées et bien éclairées. Le système de chauffage par calorifère à eau chaude a donné toute satisfaction. Les divers services sont assurés avec facilité.

L’état sanitaire a été excellent pendant cette année scolaire et on ne peut signaler que des cas très bénins de grippe ou rhume pendant l’hiver 1912/1913. La discipline fut assez facile à assurer, les fautes à réprimer provenaient toutes de légèreté ou de paresse.

Année 1913/1914 :

Depuis lors, diverses améliorations furent apportées à la situation matérielle de l’établissement : la cour des élèves a été définitivement comblée et nivelée ; une canalisation souterraine a été établie pour recevoir les eaux des toitures qui se déversaient jusque là dans la cour ; le sol du préau a été recouvert d’un dallage en ciment ( * ) ; des passages pavés ont été aménagés entre le préau qui occupe une position centrale et les ailes du bâtiment ; des bourrelets ont été placés aux fenêtres du dortoir et de l’étude pour éviter le vent ; des rideaux mobiles ont été installés devant les vestiaires pour éviter la poussière.

Pendant l’année scolaire 1913/1914, l’effectif a atteint 66 élèves, dont 50 internes et 16 externes. Un nouvel emploi de professeur a été créé, ce qui permet de donner, à chaque année et séparément, le nombre d’heures fixé pour chaque matière. Il y a exception pour l’enseignement de l’Anglais seulement la deuxième ou la troisième année.

Bien que le dernier hiver ait été rigoureux, l’état sanitaire a été bon. Il y a lieu de relever seulement des cas, assez nombreux mais sans gravité, de rhumes et de maux de gorges. Toutefois, deux élèves ont du abandonner momentanément leurs activités : l’un pour une opération par suite de coxalgie, l’autre est atteint de diarrhée (sic).

Actuellement, il existe seulement une section d’enseignement général. Or, Savenay étant au centre d’une région essentiellement agricole, il serait désirable d’y voir créer un jour à l’E.P.S. une section agricole, mais il faut attendre pour cela que le recrutement comporte des élèves sortis de la campagne et destinés à y retourner après avoir acquis un complément d’instruction. Un tel courant n’est pas encore établi. Ainsi, la 3ème année se compose de 16 élèves, dont 15 se destinent à l’Ecole Normale et 1 aux Chemins de Fer.

La période des examens n’est pas encore ouverte, mais :
13 élèves sont inscrits pour le Brevet Elémentaire
15 ‘’ pour le concours d’admission à l’E.N.
12 ‘’ pour les bourses nationales
21 ‘’ pour les bourses départementales
1 élève sera inscrit pour le C.E.P.S.

Le personnel enseignant est animé d’un excellent esprit et d’un grand zèle professionnel, seule l’autorité de certains maîtres débutant dans la carrière, n’a pas pu s’établir avec la fermeté désirable.

Amélioration à poursuivre. Il reste encore quelques améliorations à poursuivre. En premier lieu, le préau est ouvert à tous les vents, particulièrement aux vents forts du Nord et d’Est et aux pluies venant des mêmes directions. Il n’abrite donc pas les élèves du froid et à peine de la pluie qui pénètre aisément dans les hautes arcades. Peut-être serait-il possible de le fermer, du moins en partie.

En second lieu, la ville de Savenay fournit la literie complète aux élèves internes moyennant une certaine redevance annuelle. Or, elle ne donne qu’une couverture de laine et un couvre-lit en coton par tête. J’estime que c’est insuffisant pour l’hiver et qu’elle devrait ajouter une seconde couverture de laine. Un point de vue encore, chaque lit devrait être pourvu de deux enveloppes de traversin, alors qu’actuellement il n’y en a aucune.

Enfin, il arrive fréquemment que les élèves qui, entrant à l’école, n’ont pas été préparé suffisamment à leurs nouvelles études parce que, dans la pratique, ils n’ont pas suivi le cours supérieur qui est inexistant dans la plupart des écoles qu’ils viennent de quitter. Il y aurait donc lieu de créer le cours préparatoire prévu au § 3 du décret du 3 mars 1914. Toutefois, pour éviter la dépense qu’entraînerait la présence d’un nouveau maître, le directeur de l’Etablissement pourrait être autorisé à recevoir, dès 11 ans, les élèves internes qui, après entente avec le directeur de l’Ecole Normale de Savenay et le directeur de l’Ecole d’Application, seraient admis à suivre les leçons de C.S.(*) de ce dernier établissement. »

Le directeur, A. Tanquerey.

Commentaires

Pas de Message