// Vous lisez...

Savenay et sa région

L’histoire 1917 - 1919

Le "rêve américain" du Maire de Savenay

par Jean-Yves Martin (2001)

On sait que les Etats-Unis sont entrés tardivement dans la première guerre mondiale (1914-1918). Il a fallu toute la conviction du Président démocrate W.Wilson pour faire basculer en ce sens une opinion publique états-unienne qui se satisfaisait jusqu’alors parfaitement de l’isolationnisme traditionnel, surtout à l’égard d’une Europe en guerre à laquelle elle ne comprenait pas grand chose.

Mais le Président voulait absolument jouer un rôle d’arbitre pour l’après-guerre. Il le fera non seulement en participant activement à la Conférence de la Paix (1919), mais y en imposant avant tout à ses alliés vainqueurs, Royaume-Uni et France, l’idée d’une Société des Nations (S.D.N.) qui ne les emballait guère. Mais ce fut sans lendemain, puisque - dur retour aux réalités - Wilson fut battu en 1919 par le candidat républicain, moyennant quoi - America first ! - les Etats-Unis retournèrent à un isolationnisme plus fort encore qu’avant, refusant mordicus de participer à la S.D.N..

Savenay a participé à ce bref investissement américain en France entre 1917 et 1919. L’Ecole Normale y fut réquisitionnée pour être un hôpital militaire pour le corps expéditionnaire américain. Cette présence massive des soldats américains à Savenay - jusqu’à 6.500 en mai 1919 , soit deux fois plus que tous les habitants de la commune - n’a pas été sans conséquences, pas toutes positives : business, inflation, prostitution, etc.  [1]

Mais, avant même l’arrivée des nouveaux alliés, le Maire, François Texier - pourtant raisonnable retraité de l’instruction publique - avait déjà cédé au « rêve américain ». En juin 1917, il présente ainsi au conseil municipal une vision grandiose, mais en grande partie utopique, des opportunités que l’arrivée prochaine des soldats US pourrait offrir à Savenay.

"Rapport sur les avantages qu’offre Savenay pour l’établissement d’un camp, si les Etats-Unis choisissent Nantes et Saint-Nazaire pour ports d’arrivages"
- « Par suite de l’entrée en guerre de notre nouvelle alliée, la République américaine, la Chambre de Commerce de Nantes et de Saint-Nazaire voyant les avantages que pourraient en tirer les deux ports s’ils étaient choisis par les Américains comme base navale, font en ce moment leurs efforts pour arriver à ce résultat.
- « Le Maire de Savenay, estimant que la commune pourrait également tirer profit de l’arrivée des Américains à Nantes et à Saint-Nazaire en raison de sa situation géographique, a cru devoir adresser aux autorités américaines, le rapport suivant par l’intermédiaire de M. Delaroche-Vernet, député de la Circonscription :
- « Savenay, chef-lieu de canton du département de la Loire-Inférieure, est une ville de 3200 habitants, bâtie sur le Sillon, de Bretagne, à 7 kilomètres de la Loire, entre les villes de Nantes et St.-Nazaire,, à 36 kilomètres de la première et à 24 kilomètres de la seconde.
- « Sa position sur la grande ligne de Paris-Nantes-St.-Nazaire-le Croisic, d’une part, Paris - Nantes - Lorient - Brest, d’autre part, fait de sa gare un important croisement de chemins de fer Savenay est à trente minutes de Saint-Nazaire et à quarante-cinq minutes de Nantes. Des rapides la mettent à 6 heures de Paris. De nombreuses routes sillonnent toute la région Savenaisienne, entre autres, la grande route nationale de Nantes à Brest.
- « La petite ville de Savenay est à une altitude de 41 m., son climat est excellent ; située à vol d’oiseau à 20 kilomètres de la mer, elle reçoit, sur la crête où elle est assise, par l’estuaire de la Loire qui lui fait face, les brises de l’océan. En raison de cette salubrité, elle possède des établissements importants : l’école normale des instituteurs de la Loire-Inférieure, une école primaire supérieure et un hospice civil.
- « La configuration du sol est la suivante : au Sud, une plaine de 7 kilomètres qui s’étend de la base du Sillon à la Loire ; au centre, le Sillon ou Coteau, peu élevé, sur lequel est construit Savenay ; puis, au nord, un vaste plateau allant se confondre avec les hauteurs qui couvrent la presqu’île de Bretagne.
- « Savenay ne possède aucune industrie. C’est un centre exclusivement agricole. La plaine entre la gare et la Loire, appelée « Vallée de la Loire » est couverte de prairies sillonnées de canaux alimentés par les eaux du fleuve, et de terres cultivées ; Le coteau possède des prairies, des vignes ou des bois, et ça et là, des restes des anciennes landes qui le couvraient autrefois.
- « Si Nantes et St-Nazaire devenaient la base des arrivages des Etats-Unis, Savenay pourrait offrir de précieux avantages à ce grand pays, eu égard à sa situation à mi-chemin entre ces deux ports. S’il est dans l’intention de nos alliés de créer un grand centre uniquement à leur usage, pour eux , où ils recevraient à leur arrivé, leurs effectifs en hommes et en chevaux, ainsi que leur artillerie et leur matériel ; où ils construiraient des dépôts et des magasins pour leurs approvisionnements, Savenay présente un réel intérêt puisqu’elle possède des emplacements assez vastes pour donner satisfaction à tous leurs besoins.
- « Les communications avec Nantes et St-Nazaire sont des plus aisées, grâce à la double voie qui réunit Savenay à ces deux villes, de même qu’à Lorient et à Brest.

- « La gare est construite à la base même du Sillon, à 5 mètres d’altitude, au bord de la Plaine de 6 kilomètres 500 qui s’étend jusqu’à la Loire.
- « Cette plaine permettrait d’établir sans difficultés, à deux pas de la gare, toutes les voies de garages qui seraient nécessaires, et d’élever à leur proximité, les magasins et les dépôts jugés utiles.
- « L’établissement de ces voies de garage, aussi nombreuses qu’il en serait nécessaire, écarterait tout danger d’encombrement, toujours à craindre, même dans les plus importantes gares de nos grandes villes.
- « L’éloignement relativement peu considérable de la Loire (6 Km 500), le peu de différence d’altitude de celle-ci avec la gare (4 à 5 m) et la marée aidant, permettent d’affirmer qu’il serait facile, en cas de besoin, de relier le grand fleuve à la gare par un canal.
- « Un autre projet dont l’utilité et l’exécution possible sont de la compétence de l’ingénieur seul, peut aussi être signalé : celui d’établir des pontons en Loire pour décharger les bateaux qui n’auraient pu l’être par suite d’encombrement sur les quais de Nantes et de St-Nazaire. Une route existe entre la Loire et la Gare de Savenay.
- « Au bord de la ville, à 1 kilomètre de la gare, commence le plateau ; pour ainsi dire sans limite, où pourraient être installés les camps, les champs à manœuvres, etc, etc...
- « Un champ de courses d’une vingtaine d’hectares, aussi sur le plateau, susceptible d’être agrandi à volonté, pourrait devenir un excellent champ d’aviation.
- « Savenay possède comme autres ressources : un hôpital militaire de 300 lits pouvant être portés à 500, installé dans les bâtiments tout nouvellement construits de l’Ecole Normale d’Instituteurs, installé avec tout le confort « moderne : service d’eau, bains, douches, électricité, etc...
- « Nul doute que le service de santé n’en fasse l’abandon - au profit de nos alliés. Un autre établissement appartenant à la Ville pourrait aussi être transformé en hôpital et contenir 100 lits.
- « Savenay, comme il a été dit, est une région agricole par excellence. Grâce aux prairies qui couvrent la Vallée de la Loire, elle est au centre d’un riche pays d’élevage qui livre de nombreux animaux à la boucherie.
- « Ses foires et marchés sont très importants.
- « Les minoteries sont nombreuses. Parmi les plus rapprochées, on peut citer celles de Nantes, de Bouvron, de Pontchâteau et de Nort.
- « La Ville de Savenay est pourvue d’un service d’eau potable et reçoit de la Société l’Energie Electrique de la Basse-Loire, dont le siège est à St-Nazaire, le courant pour son éclairage et sa force motrice.
- « Le Conseil donne son entière approbation aux démarches faites par le maire de Savenay et le remercie de sa communication.

"P. Berrangey / Lebreton / Thomas Evain.

Source : Archives Municipales de Savenay, registre des délibérations municipales.

Notes

[1Lire le livre de Mme Hussenot sur ce sujet.

Commentaires

Pas de Message