// Vous lisez...

Témoignages

1923-1926

Mémoires de Maxime Luzet, normalien

Ecole Normale de Savenay - 44 Loire inférieure.

Maxime Luzet est né le 24 septembre 1907
Il est domicilié à St Julien de Concelles (sud-Loire)
Il est admis à l’ École Normale à la rentrée de 1923 (promo 1923-1926).

Extraits classés et annotés, tirés de son cahier de notes de normalien, couvrant la période du 21 mars 1924 au 12 juillet 1926, écrit à la plume sergent major et à l’encre violette, collectés par Rémy Gautron, son gendre, normalien lui-même à l’EN de Savenay (promotion : 1966-1971).

Après sa formation professionnelle à la sortie de l’EN il sera nommé instituteur à Couëron.

Mobilisé en septembre 1939, il est fait prisonnier à Laval le 16 mai 1940 et est reconduit à Savenay pour être parqué au fronstalag 232 à l’hippodrome de La Touchelais.

Envoyé en camp, il restera 5 ans prisonnier en Allemagne où il rédigera un journal intime.

Libéré le 16 avril 1945 par les alliés, il rejoint son bourg natal le 8 mai.

Il reprend son métier d’instituteur et occupera plusieurs postes : à Couëron, La Ripossière (Nantes) Brains, et Barbechat.

Il est décédé le 25 juillet 1971 à St Herblain, à l’âge de 64 ans.

Maxime rédige son journal selon les évènements et son inspiration de 6h05 du matin à 20h20.

Une journée à l’EN en 1924 :

La première cloche sonne à 5h30 : lever
Ouvrir le lit - lavabos : toilette
Petit déjeuner : « je vais prendre mon beurre à la salle des provisions… »
Retour au dortoir : refaire le lit, rangements puis services divers obligatoires (nettoyages et balayages des salles, du cabinet de physique, surveillance du préau, de la cour…..etc ).
Deuxième cloche : études et cours (8h10 - 12h) récréation : 10h10 -10h25.
Déjeuner : 12h.
Après déjeuner : études - cours - études.
Dîner : 7h15.
Études : 7h45 - 8h45
Cloche pour le coucher : 20h45 - extinction des lumières : 21h15.

Les cours - les professeurs :

Cours de : psychologie - anglais (M Reynold) - géométrie - sociologie (M. Mallègue) - géographie (M. Orvelin décédé en janvier 1926) - français ( M. Lorandeau à partir de novembre 1925) - histoire - pédagogie ( par le directeur ) - arithmétique - mathématiques - algèbre - histoire naturelle - Physique-chimie (M. Petit) - cosmographie - dessin - dessin géométrique - musique, solfège (piano - harmonium ), chant, chorale (M. Tanquerey - puis M. Fraass) - éducation physique - sports collectifs ( M. Marbach - M. Chabot en novembre 1925).
Mais aussi : cours d’agriculture-jardinage (M. Merlan) et PM (préparation militaire).
A noter la présence d’un assistant d’anglais : John, « L’anglais doit se baigner tous les jours, il y était encore (au barrage de Savenay) cet après-midi,… puissent tous les anglais être aussi sympathique que lui ».

D’autres professeurs : Mrs Marcel - Méheut - Fleury - Bonnet - Merlet….

Des surveillants : M.M. Leone (violoncelle) et Starck (piano) donnent des concerts.

« M. Mallègue nous a fait une conférence sur les impôts, très intéressante… ».

« 3 mars 1926 : conférence de M. Gendron sur l’Afrique occidentale française ( à noter que c’est très intéressant comme traitement) …Le directeur m’a dit qu’il me verrait très bien professeur dans une EPS de noirs… »

Inquiétudes du médecin de famille à St julien de Concelles :

« Ce brave docteur P. ne s’occupe pas que de ses affaires. Il a demandé à D. et à moi si nous allions à la messe à Savenay…. et si nos professeurs ne cherchaient pas à nous détourner de la religion…Est-ce que cela le regarde cette andouille ? »

Personnel et encadrement :

L’économe, M. Papin assisté d’un élève économe assurent l’intendance.
« M. Papin n’est pas très honorable : il est d’une injustice révoltante, il est menteur, il n’attend pas qu’on discute, son esprit étant supérieur il a toujours raison ( en fait d’esprit, je crois bien que ses parents ont oublié de lui en donner même la plus infime petite partie) …n’est-il pas appelé à l’EN par dérision : l’homme universel ou encore l’homme d’esprit… »
« l’élève économe est passé vérifier si les matelas avaient bien été retournés »

Le concierge, M. Julien Dubourg, dit « Pipelet » ou encore « Julius le vil mercanti » est peu apprécié des élèves : « Julius, le domestique, m’énerve à vouloir faire respecter sa face rouge d’absinthique ».

Les surveillants (les pions) : M. Fraass prend ses fonctions à la rentrée 1925 : « nous avons un nouveau surveillant, sournois, hypocrite et salement rosse …mais il paraît qu’il est plus fort au piano que Starck… ».

Vocabulaire normalien :

La boîte : l’Ecole Normale - « …en remontant à la boîte nous avons rencontré la promenade de l’EPS ».

La DKL (prononcé Décale) : départ de l’EN en vacances scolaires, au tableau est inscrit F = 12 correspondant au nombre de jours avant le congé, jusqu’à F = 0 jour de départ dans les familles : « au tableau il y a F=12 mais je pense que pour moi ce sera F=13, puni un jour de Pâques, comme déjà à Noël…. »
La RKL (prononcé Rencale) : retour à l’EN (pour le dimanche soir avant le dîner).

BS : examen - composition « le BS approche, temps des révisions », « ils ont soit gazé, soit vasé au BS », (il y a aussi BS de gymnastique).

L’ E.P.S. : École Primaire Supérieure : il s’agit du collège construit en même temps que l’Ecole Normale, aujourd’hui Lycée Jacques Prévert. Les deux établissements furent inaugurés par le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux Arts, M. Gabriel Guisth’au, le 6 octobre 1912.

La PM : préparation militaire - « Hier gymnastique pour la PM, nous avons tous battus nos records, sauf O. qui n’était pas en forme ».

Un tillon : c’est la punition (privation de sortie). Les tillonnés, les punis, pour motifs divers sont réunis en salle d’études : « ce soir, en études, je viens de rentrer un tillon, le directeur est entré pendant que je causais avec M. cela me fait trois tillons à liquider jusqu’au 24 janvier compris… », « Aujourd’hui il y a eu trois tillons en Physique : E., G., et R. …mais toutes les punitions ont été levées par le directeur …je pourrai partir samedi soir… ».

« Je ne suis pas planchable ! » - je ne vais pas plancher , je ne vais pas être interrogé, ni leçon, ni exposé à faire pendant ce cours.

« Je suis à l’annexe » : j’assiste à des cours ou je fais un cours à l’école primaire annexe, située en face de l’école normale.

« Ce soir, je monte sur le bureau » signifie : je suis de surveillance de l’étude, rôle de confiance assuré par le major du trimestre, l’élève qui a obtenu la meilleure moyenne.

« Impossible de boulonner » : impossible de travailler.

« M. a eu l’oignon » : …..?

« Fêter la dégringo » : descente en ville des normaliens costumés pour fêter la moitié de la scolarité des trois années passées à l’EN (abandonnée en 1947 lors du passage à quatre ans de scolarité).

Les élèves de première année baptisés les « picks » sont bizutables, les deuxièmes années sont les « blancs becs » et les troisièmes années ont le droit au titre de « vétérans » et sont les bizuteurs : « ils ont été en ville fêter la dégringo, les blancs becs sont rentrés à la boîte, éméchés…. ».

« les poules » : les filles

« J’ai la cosse, je ne me lève pas ce matin » (être cossard : feignant).

« Ce matin, à la récréation j’ai fait des crânes » : jeu de ballon avec la tête.

« un vesce phénoménal, un mi octave, a retenti en pleine étude, de plus embaumé au H2S, marrage général …..! » (sans doute suite à un repas de mogettes).

Cours - études - notes - tricheries :

« J’ai réussi à être le premier ce trimestre-ci, avec 14,83 de moyenne…le 2e trimestre de cette année a été et sera sans doute le meilleur de toute ma vie scolaire, de plus je n’ai pas eu beaucoup de tillons…je vais être major ce trimestre-ci … » (23 mars 1926).

« Je viens de commencer ma rédaction, elle porte sur les tragédies, sur les spectacles et les paroles de Voltaire »

« Cours de jardinage : nous avons continué de bêcher le long du mur nord, par équipe … » , « aujourd’hui nous avons semé du blé en cours de jardinage.. »
« Cet après-midi, nous avons un cours d’agriculture au jardin de l’EN.. »

« J’ai piano, tout à l’heure, à 10 heures … »

« Nous descendons en études. Mais il est difficile de travailler, le bruit est général, J.B. qui est sur le bureau est impuissant à le faire cesser… »

« Pendant cette composition, L. est sorti aux cabinets et il y a consulté son cahier d’arithmétiques qui lui a fourni un renseignement précieux pour faire un problème …. »

« H et L ayant de mauvais bulletins, ce trimestre dernier, les ont fait envoyer à leurs familles, mais en donnant de fausses adresses. La poste au lieu de les mettre au panier, ce qu’ils espéraient, les a retournés à l’EN qui les a renvoyés aux bonnes adresses, aux parents, avec une petite note spéciale rajoutée par le directeur…les parents ont dû être très contents de leurs fils ! C‘est d‘ailleurs pour cette affaire que les deux intéressés ont été à St Nazaire jeudi dernier. »

« …en cours nous avons parlé de l’examen de 4e année et de St Cloud, pour être professeur… »

« Cette semaine, je suis à l’école annexe, toute la journée (petite classe).. » (15 janvier 1926).

Tillons (punitions) - motifs - discipline :
Motifs divers :

- bavardages
- lectures de romans, de journaux : par exemple (« Le Miroir des sports ») : confisqués
- retards : « Ce matin le surveillant est venu au dortoir. Il m’a dit vous êtes trop tard, vous serez puni. Je lui ai répondu que la deuxième cloche n’avait pas sonné »

- chahuts au dortoir (batailles de polochons) : « ce matin à 5h descente dans le dortoir des picks, les tillons pleuvent en rafales par le pion : onze d‘un coup , un vrai carnage ! », « il paraît que les picks ont reçu de bonnes volées de coups de polochons.. »


- et en études :
« A 10h25 j’ai fait ma conférence : bidonnage intensif. R., C., R., et O., faisaient les professeurs et mes élèves étaient L., P., G., et A. Ensuite M. a discuté sur un bouquin, à savoir le catéchisme à C. Malheureusement le pion est venu troubler la fête. Il a dit qu’il nous signalerait à M. le Directeur … ».

- descentes en ville non autorisées (en dehors des horaires prévus) :
« T et B qui étaient de tillon sont sortis en ville, en rentrant ils sont tombés sur le directeur qui les attendait : engueulade et tillonnés un jour à Noël »

- jeux de cartes en études : « dimanche prochain j’ai un tillon. Je me suis fait prendre ce matin à jouer aux cartes (à la vache) par M. Papin. Il m’a demandé de lui apporter mon jeu, mais je lui ai donné un jeu de cartes françaises classiques, prévu au cas où .. »

- service mal fait : « une brosse à chaussures sur le bureau du prof, aucun propriétaire, et ……toute la classe en études »

- tenue incorrecte : « Je viens d’être expulsé de la salle de maths par le directeur, nous étions plusieurs à réviser les manipulations au tableau noir, …. en bras de chemise….3 h d’études chacun ».

- désordre : « N. a laissé ses vêtements traîner alors qu’il jouait sur le terrain de tennis, ramassés et confisqués par l’économe ».

« quand j’ai voulu sortir, je me suis aperçu que l’économe m’avait râflé pardessus, veston (avec porte-feuilles, porte-monnaie et stylo) et chapeau que j’avais accrochés aux porte-manteaux, côté sud, pour aller jouer au tennis. Je ne pouvais pas les poser dans la poussière sur le terrain. Il fallait paraît-il que je les accroche à l’autre extrémité (pourquoi à la Moëre tant qu’il y est !). Le plus fort c’est qu’il ne me les a rendus que ce matin lundi , je n’ai pas pu sortir hier dimanche.. »

- détérioration : « ampoule, abat-jour et rosace cassés dans le gymnase par des balles de tennis, résultat P. inscrit dans le cahier de discipline.. »

« R. vous voudrez bien ramasser 0,30F par élève pour la dégradation du matériel »

« En composition de français (examen de passage) 11 sur 20 : ma plus basse note de l’année …de plus ce soir j’ai cassé une vitre d’au moins 15 ou 20 francs…mes souliers sont bons à réparer…mes chaussons sont complètement percés…l’autre paire a été volée…et en plus engueulade tassée par le directeur à propos de la surveillance en études …il y a des semaines comme ça … »
« Je reviens du bureau de l’économe. Il veut me faire payer une vitre cassée, mais qui était déjà fendue avant, alors j’ai négocié pour ne payer que la moitié du prix demandé »

- évasions : « les tillonnés étaient enfermés à clé dans la salle d’études par précaution. Elle a été ouverte par D. et B. qui sont partis avant l’heure. Le directeur voulait garder tout le monde tout l’après midi. Mais D. et B. se sont dénoncés et ont été mis au cahier de discipline ».


- fréquentation de bistrot - sauvés de justesse
 : « C’est la sortie pédagogique au Croisic. Au départ, à Savenay O., R., et D. ont été vus par le directeur entrant au café de la gare ….mais pour ne pas se faire prendre, car il les attendait à la sortie, ils sont partis par un autre côté »

Mœurs - divers - comportements

« la cloche sonne et c’est le surveillant qui arrive en hurlant « Allez ! Levez-vous ! » et on entend les exclamations habituelles « hou ! la calotte !.. » , « A bas le communiste ! .. » , « toubib !.. ».

Le Major : c’est le major du trimestre, sorte de délégué de classe, qui est chargé des relations avec les professeurs, le personnel et le directeur…par exemple pour négocier la date pour rendre des devoirs, repousser une composition…etc.

« R. tout à coup a dit : allez les gars on ne fait pas la rédaction pour vendredi ! Alors ils voulurent que j’aille demander à M. Moreau de ne rendre notre composition qu’après les vacances…je n’étais pas d’accord car nous n’avions aucune raison, le ton est monté…

…Mais brusquement , M. Moreau a fait irruption dans la salle d’études en disant : Eh bien , les deuxièmes années vous vous plaignez de ne pas avoir assez de temps et je vous entends crier de l’autre bout de la cour …la question de la demande était donc réglée ».

Appréciations : « En deuxième année il y a quatre types qui me sont sympathiques et dans toute l’EN : six, et comme prof : trois ».

Chahuts et bizutages : « la bataille de polochons battait son plein …puis L. et R. se sont mis à faire sauter les pieux des blancs becs »
« dans la nuit, descente chez les picks pour une opération fantômes … »
« C’est le Percent, les vétérans, dès cinq heures du matin, se sont mis à fêter les cent jours.. »

Vol : « ma lettre avait disparu, ou quelqu’un a voulu la lire, ou bien on a voulu me voler le timbre….les deux hypothèses montrent toutes deux les comportements de futurs instituteurs.. »

Emprunt ? : « en rentrant de notre sortie, j’ai vu mes chaussons dans les pieds de P. »

Les filles - relations ….. :

« Les BS ont bien becqueté au restaurant de Nantes. M. a eu l’oignon : une normalienne lui a passé des tuyaux ( une bath one !!! Béguin !) ».

« au retour du Croisic, nous avons vu T. avec des poules ».

« Vendredi dernier est arrivé à l’EN le normalien C. de l’EN d’Angers, déplacé pour une histoire de …..poule a-t-on dit … »

« Mardi, nous avons remis à C. une lettre (que B. avait faite). Cette lettre était signée Yvonne P. (la poule d’Angers) elle lui donnait rendez-vous. C. a bien mordu …mais des types ont éveillé ses soupçons et… il a tout découvert ! »

La célèbre Madeleine de Savenay est visiblement très recherchée :

« B. est allé trouver Madeleine, très marrant ! » , « encore une histoire de lettre de la part de T. à Madeleine : soigné ! » , « nous avons trouvé L., S., et B. à la gare, B. cherchait Madeleine .. »
quant à Anna de l’hôtel de la gare : « quel mec, cette Anna ! »

Repas - nourriture - boissons - santé

Petit déjeuner : « nous nous précipitons, les premiers arrivés pourront avoir du pain frais »
Chacun fournit son beurre acheté régulièrement en ville, « j’ai été chercher une livre de pain frais, du chocolat et mon beurre », « Je vais prendre mon beurre à la salle des provisions ».
« à la boulangerie nous avons acheté des gâteaux , 12F pour nous quatre », « ce matin je suis allé cherché les deux mokas que j’avais commandés »

Les normaliens ont leurs commerces préférés :

« nous sommes allés becqueter chez la mère Lefeuvre »
Les « tournées de vin chaud chez la mère Lefeuvre » sont régulières en hiver.

Le concierge de l’EN est autorisé à faire un commerce : « Cet absinthique à face rouge, Julius le concierge, est en rogne parce que presque personne ne va lui acheter des bouchées.. »

« Visite médicale du trimestre, pendant le cours d’anglais ; je pèse 56 kg et mesure 1,625 m… », « ….beaucoup de pertes de poids chez les normaliens sont notées, l’économe est par conséquent de mauvaise humeur »

« M. Papin, l’économe, ouvre le tiroir de ma table en classe, par malheur, il y avait quelques miettes de pain qui s’y battaient en duel. Il m’a fait appeler et constater. Il a marqué mon nom dans son carnet. Quelle punition ..? En tant qu’économe je crois, d’après entendre dire, qu’il existe des économes qui s’occupent mieux des intérêts des élèves. Il faut vraiment que la nourriture ne soit pas épatante pour qu’un élève maigrisse de 17 livres en trois mois ».

« Menu du jour (déjeuner) : filets de harengs - veau aux carottes - pain de 3 livres - 1litre de pinard pour 10
Dîner : un vieux mélange de viande et de riz - salade. »


Menu exceptionnel (jour de la visite à l’EN de l’Inspecteur d’Académie) :

« Déjeuner (12h) : deux pommes de terre bouillies, plus ou moins mauvaises, avec du beurre (fourni) et une part (petite) de viande avec des nouilles, dessert : trois figues, le tout avec un demi verre de vin. Nous pensions avoir au moins un café pour la circonstance…mais ceinture ! ….. ». (31 mars 1925)

Au retour du barrage de Savenay : « tous les quatre nous avons payé chacun notre bouteille …LB. et R. étaient déjà un peu énervés… ».

« J’ai parié deux bouteilles de vin avec R. et avec S., car ils disent que je vais être major ce trimestre-ci… »

« Nous allons au petit bistrot de la place de la mairie, C. nous a dit que c’est là que le vin est le moins mauvais de Savenay, et là nous arrosons le titre de LT. et le mien.. »

Commentaires

Pas de Message